Mahor'EM, l’association étudiante qui défend les droits des femmes !

Mahor'EM, l’association étudiante qui défend les droits des femmes !

Aujourd’hui pour la journée internationale des droits des femmes, nous vous invitions à découvrir l’association humanitaire Mahor'EM; ayant pour objectif d’améliorer la condition des femmes en Outre-Mer en venant en aide aux femmes victimes de violences conjugales à Mayotte. Rencontre avec l’association.

 

Bonjour, pourquoi avoir choisi ce nom ?

Le nom Mahor’EM provient de la contraction du nom des habitants de Mayotte, les Mahorais.es, et de l’EM Strasbourg puisque ce projet a été créé dans le cadre du Bachelor.

 

Pourquoi avoir choisi le territoire de Mayotte ?

Le choix de l’île de Mayotte n’a pas été effectué au hasard. Nous nous sommes demandés où nos actions seraient réalisables, utiles et durables.

Il s’est avéré, après réflexion, qu’il ne nous était pas nécessaire de partir à l’étranger afin de réaliser un projet humanitaire tel que celui que nous souhaitions mener, et qu’il était judicieux de le réaliser sur le territoire français. Après de nombreuses recherches, nous avons pris conscience de l’écart considérable entre la métropole et les territoires ultramarins. Nous avons donc pris la décision de monter ce projet pour l’île de Mayotte, qui s’est révélée être le département français où les violences conjugales sont les plus fréquentes.

En effet, entre avril et juin 2020, 40 Mahoraises et leurs enfants auraient eu besoin d’un logement d’urgence pour sortir d’une situation de violence grave. Pourtant, il n’existe sur l’île que 14 logements de ce type. Ces femmes subissent des violences physiques, des viols conjugaux, des violences financières et psychologiques. Étant donné qu’il s’agit d’un département d’Outre-Mer, les moyens dont disposent les acteurs sur place sont inférieurs à ceux existant en métropole.

Ces constats ont activement motivé notre volonté de soutenir le territoire mahorais.

 

Travaillez-vous avec une association sur place ?

Notre action se veut adaptée au territoire de Mayotte. Il ne s’agit pas de transposer les dispositifs mis en place en métropole mais bien de développer des actions qui répondent spécifiquement à ce dont les femmes mahoraises ont besoin. C’est la raison pour laquelle Mahor’EM travaille en collaboration avec l’ACFAV, une association mahoraise qui lutte contre les violences conjugales. L'ACFAV dispose d'un accueil de jour qui offre aux femmes un espace d'échange et de repos en sécurité. L'association dispose également de 14 logements d'urgence afin d'héberger les femmes et enfants qui en font la demande.

Nous construisons nos actions en collaboration avec cette association locale qui nous fournit des informations précieuses sur le territoire, la manière dont les violences sont perçues, les spécificités à prendre en compte... Cette coopération avec l'ACFAV est selon nous indispensable pour mener des actions efficaces et qui auront un impact significativement positif.

 

Quelles actions menez-vous tout au long de l’année ?

Les actions de Mahor'EM peuvent sont organisées en 2 axes distincts.

D'une part, nous avons récolté des fonds afin de soutenir l'activité de l'ACFAV. Concrètement, ces fonds serviront à financer la distribution de kits d'urgence pour les femmes et enfants accueillies par la structure. Ces kits sont composés de produits de première nécessité, à savoir denrées non périssables et produits d'hygiène, dont le coût s'élève à 25 € par jour et par femme. Nous souhaitons que ces produits soient collectés dans des épiceries locales afin qu'ils soient conformes à ce que les bénéficiaires ont l'habitude d'utiliser. Développer cette action avec des commerçants sur place permettra également de pérenniser notre action. La récolte des fonds permettant la mise en place de ce partenariat s'est faite via diverses collectes ainsi qu'un afterwork dans un établissement strasbourgeois dont les bénéfices ont été reversés à l'association.

D'autre part, Mahor'EM souhaite également jouer un rôle dans la prévention contre les violences conjugales, en sensibilisant les publics mahorais et strasbourgeois à cette thématique. Dans le cadre de ce volet d'actions, nous collaborons avec une autre association, SOS Femmes 67, et notamment son directeur Thomas Foehrlé.

En 2020, nous avons organisé une conférence ouverte à tous permettant à nos partenaires mahorais et strasbourgeois d'échanger sur les enjeux qu'ils rencontraient, ce qui a permis d'en apprendre davantage sur les procédures de prise en charge des victimes sur les deux territoires, tout en mettant en lumière les obstacles rencontrés par les acteurs mahorais.

Nous avons également organisé deux sessions de formation animées par Monsieur Foehrlé en avril 2021 et ouvertes à l'ensemble des étudiants de l'EM. Ces formations ont permis de sensibiliser les participants au mécanisme de la violence et de leur donner les clés pour réagir s'ils se retrouvent victimes ou témoins d'une situation similaire.

Enfin, depuis la création de la structure, nous partageons des posts informatifs sur notre compte Instagram afin de démocratiser l'accès aux informations concernant ce sujet encore très tabou. Notre série Lutter = s'informer est d'ailleurs sur le point d'être relancée.

 

Combien de membres comptent votre association Mahor’EM ?

Actuellement, nous sommes sept membres :

 

Concernant l'équipe, les membres cités précédemment constituent les bénévoles actifs de l'association. Nous sommes soutenus par les trois fondatrices qui coordonnent et soutiennent les actions de Mahor'EM.

Partagez l'article